La version française de cette traduction est :
http://www.la-grange.net/w3c/html4.01/

Traducteur : J.J.Solari dans le cadre de l'effort de la liste de discussion w3c-translators.fr@w3.org
La version française peut contenir des erreurs. La version anglaise de cette note est l'unique version normative. Version originale : http://www.w3.org/TR/1999/REC-html401-19991224

13 Les objets, les images et les applets

Sommaire

  1. Introduction aux objets, images et applets
  2. L'inclusion d'une image : l'élément IMG
  3. L'inclusion générique : l'élément OBJECT
    1. Les règles de restitution des objets
    2. L'initialisation de l'objet : l'élément PARAM
    3. Les systèmes de nommage globaux des objets
    4. La déclaration et l'instanciation des objets
  4. L'inclusion d'un applet : l'élément APPLET
  5. Remarques sur les documents incorporés
  6. Les images cliquables
    1. Les images cliquables côté client : les éléments MAP et AREA
    2. Les images cliquables côté serveur
  7. La présentation visuelle des images, objets et applets
    1. La largeur et la hauteur
    2. L'espace autour des images et des objets
    3. Les bordures
    4. L'alignement
  8. La manière de spécifier un texte de remplacement

13.1 Introduction aux objets, images et applets

Les fonctionnalités multimédias de HTML permettent aux auteurs d'inclure dans leurs pages des images, des applets (des programmes qui sont automatiquement chargés puis lancés sur la machine de l'utilisateur), des séquences vidéo et d'autres documents HTML.

Par exemple, pour inclure une image PNG dans un document, l'auteur peut écrire :

<BODY>
<P>Voici un gros plan sur le Grand Canyon :
<OBJECT data="canyon.png" type="image/png">
Ceci est un <EM>gros plan</EM> sur le Grand Canyon.
</OBJECT>
</BODY>

Les versions antérieures de HTML permettaient aux auteurs d'inclure des images (via l'élément IMG) et des applets (via l'élément APPLET). Ces éléments ont plusieurs limitations :

Pour répondre à ces questions, HTML 4 introduit l'élément OBJECT, qui offre une solution générale aux inclusions d'objets génériques. L'élément OBJECT permet aux auteurs HTML de spécifier tout ce que l'objet requiert pour sa présentation par un agent utilisateur : le code source, les valeurs initiales et les données d'exécution [ndt. run-time data]. Dans cette spécification, on emploie le terme « objet » pour désigner les choses que les personnes mettent dans les documents HTML ; les termes usuels courants pour ces choses sont : les applets, les modules d'extension [ndt. plug-ins], les gestionnaires de média [ndt. media handlers], etc.

Le nouvel élément OBJECT prend donc en charge quelques unes des tâches effectuées par les éléments existants. Considérons le comparatif des fonctionnalités suivant :

Type d'inclusion Élément spécifique Élément générique
Image IMG OBJECT
Applet APPLET (déconseillé) OBJECT
Un autre document HTML IFRAME OBJECT

Le comparatif indique que chaque type d'inclusion possède une solution spécifique et une solution générique. L'élément générique OBJECT servira de solution pour l'implémentation des types de média futurs.

Pour inclure des images, les auteurs peuvent utiliser l'élément OBJECT ou bien l'élément IMG.

Pour inclure des applets, les auteurs devraient utiliser l'élément OBJECT puisque l'élément APPLET est déconseillé.

Pour inclure un document HTML dans un autre, les auteurs peuvent utiliser soit le nouvel élément IFRAME, soit l'élément OBJECT. Dans les deux cas, le document incorporé reste indépendant du document principal. Les agents utilisateurs visuels peuvent présenter le document incorporé dans une fenêtre distincte à l'intérieur du document principal. Veuillez consulter les remarques sur les documents incorporés pour une comparaison entre les éléments OBJECT et IFRAME pour l'inclusion d'un document.

Les images et les autres objets inclus peuvent avoir des hyperliens qui leur sont associés, à la fois au travers des mécanismes de liaison standards mais aussi via des images cliquables [ndt. image maps]. Une image cliquable spécifie les régions géométriques actives d'un objet inclus et assigne un lien à chacune d'elles. Quand ils sont activés, ces liens peuvent entraîner la recherche d'un document, lancer un programme sur le serveur, etc.

Dans les sections suivantes, nous abordons les divers mécanismes dont disposent les auteurs pour les inclusions multimédias et pour la création d'images cliquables pour ces inclusions.

13.2 L'inclusion d'une image : l'élément IMG

<!-- Pour éviter les problèmes avec les agents utilisateurs
   en mode texte seul ainsi que pour rendre le contenu d'une image
   compréhensible et navigable pour les utilisateurs d'agents
   utilisateurs non-visuels, il est nécessaire de fournir une
   description avec ALT, et pour éviter les images cliquables
   côté serveur -->
<!ELEMENT IMG - O EMPTY                -- image incorporée -->
<!ATTLIST IMG
  %attrs;                              -- %coreattrs, %i18n, %events --
  src         %URI;          #REQUIRED -- URI de l'image à incorporer --
  alt         %Text;         #REQUIRED -- description brève --
  longdesc    %URI;          #IMPLIED  -- lien vers une description longue
                                          (en complément de l'attribut alt) --
  name        CDATA          #IMPLIED  -- nom de l'image destiné aux scripts --
  height      %Length;       #IMPLIED  -- surclasse la hauteur --
  width       %Length;       #IMPLIED  -- surclasse la largeur --
  usemap      %URI;          #IMPLIED  -- utiliser une image cliquable côté client --
  ismap       (ismap)        #IMPLIED  -- utiliser une image cliquable côté serveur --
  >

Balise ouvrante : obligatoire, balise fermante : interdite

Définition des attributs

src = uri [CT]
Cet attribut spécifie la localisation de la ressource image. Les formats d'image largement répandus comprennent, par exemple, GIF, JPEG et PNG.
longdesc = uri [CT]
Cet attribut spécifie un lien vers une description longue de l'image. Cette description devrait compléter la description brève fournie par l'attribut alt. Quand il s'agit d'une image cliquable, cet attribut devrait fournir des informations à propos du contenu de l'image cliquable. C'est particulièrement important en ce qui concerne les images cliquables côté serveur. Comme l'élément IMG peut apparaître en contenu d'un élément A, le mécanisme dans l'interface utilisateur de l'agent utilisateur pour accéder à la ressource désignée par l'attribut longdesc doit être différent de celui pour accéder à la ressource désignée par l'attribut href de ce dernier.
name = cdata [CI]
Cet attribut nomme l'élément de sorte qu'il puisse être appelé par des feuilles de style ou des scripts. Remarque : Cet attribut a été retenu pour des raisons de rétro-compatibilité. Les applications devraient utiliser l'attribut id pour identifier les éléments.

Attributs définis ailleurs

L'élément IMG incorpore une image dans le document courant, à l'emplacement de la définition de l'élément. L'élément IMG n'a pas de contenu ; il est généralement remplacé dans la ligne par l'image que désigne l'attribut src, les images alignées à gauche ou à droite qui « flottent » hors de la ligne faisant exception.

Dans un exemple précédent, nous définissions un lien vers une photo familiale. Ici, nous insérons la photo directement dans le document courant :

<BODY>
<P>Je viens de revenir de vacances !
Voici une photo de la famille sur le lac :
<IMG src="http://www.unecompagnie.com/Gens/Ian/vacances/famille.png"
     alt="Une photo de ma famille sur le lac.">
</BODY>

On pourrait également obtenir cette inclusion avec l'élément OBJECT, comme suit :

<BODY>
<P>Je viens de revenir de vacances !
Voici une photo de la famille sur le lac :
<OBJECT data="http://www.unecompagnie.com/Gens/Ian/vacances/famille.png"
        type="image/png">
Une photo de ma famille sur le lac.
</OBJECT>
</BODY>

L'attribut alt spécifie le texte de remplacement qui sera restitué si l'image ne peut s'afficher (voir ci-dessous pour des précisions sur la manière de spécifier un texte de remplacement). Les agents utilisateurs doivent restituer le texte de remplacement quand ceux-ci ne gèrent pas les images, ne reconnaissent pas un certain type d'image ou ne sont pas configurés par afficher les images.

L'exemple suivant montre comment employer l'attribut longdesc pour relier l'image à une description approfondie :

<BODY>
<P>
<IMG src="image-cliquable.gif"
     alt="Plan du site du laboratoire"
     longdesc="plandusite.html">
</BODY>

L'attribut alt fournit une description brève de l'image. Celle-ci devrait être suffisante pour permettre à l'utilisateur de décider s'il va suivre le lien donné par l'attribut longdesc vers la description plus détaillée, ici "plandusite.html".

Veuillez consulter la section sur la présentation visuelle des objets, images et applets pour des précisions sur la taille, l'alignement et les bordures de l'image.

13.3 L'inclusion générique : l'élément OBJECT

<!ELEMENT OBJECT - - (PARAM | %flow;)*  -- objet incorporé générique -->
<!ATTLIST OBJECT
  %attrs;                              -- %coreattrs, %i18n, %events --
  declare     (declare)      #IMPLIED  -- déclare mais n'instancie pas de drapeau --
  classid     %URI;          #IMPLIED  -- identifie l'implémentation --
  codebase    %URI;          #IMPLIED  -- URI de base pour classid, data, archive --
  data        %URI;          #IMPLIED  -- référence aux données de l'objet --
  type        %ContentType;  #IMPLIED  -- type de contenu des données --
  codetype    %ContentType;  #IMPLIED  -- type de contenu pour code code --
  archive     CDATA          #IMPLIED  -- liste d'URI séparés par des espaces --
  standby     %Text;         #IMPLIED  -- message à afficher pendant le chargement --
  height      %Length;       #IMPLIED  -- surclasse la hauteur --
  width       %Length;       #IMPLIED  -- surclasse la largeur --
  usemap      %URI;          #IMPLIED  -- utiliser une image cliquable côté client --
  name        CDATA          #IMPLIED  -- soumettre comme partie d'un formulaire --
  tabindex    NUMBER         #IMPLIED  -- position dans l'ordre de tabulation --
  >

Balise ouvrante : obligatoire, balise fermante : obligatoire

Définition des attributs

classid = uri [CT]
Cet attribut peut être utilisé pour spécifier la localisation de l'implémentation d'un objet via un URI. On peut l'utiliser en même temps que, ou en alternative à, l'attribut data, selon le type de l'objet impliqué.
codebase = uri [CT]
Cet attribut spécifie le chemin de base utilisé pour résoudre les URI relatifs spécifiés par les attributs classid, data et archive. Quand il est absent, sa valeur par défaut correspond à l'URI de base du document courant.
codetype = type-de-contenu [CI]
Cet attribut spécifie le type de contenu des données attendues lors du chargement de l'objet spécifié par l'attribut classid. Cet attribut est optionnel, mais recommandé quand l'attribut classid est spécifié parce qu'il permet à l'agent utilisateur d'éviter le chargement des informations dont les types ne sont pas reconnus. Quand il est absent, sa valeur par défaut est celle de l'attribut type.
data = uri [CT]
Cet attribut peut être utilisé pour spécifier la localisation des données de l'objet, par exemple les données d'image pour les objects définissant des images, ou plus généralement, la forme sérialisée d'un objet qui peut être utilisée pour recréer cet objet. Quand il est donné comme URI relatif, celui-ci devrait être interprété relativement à l'attribut codebase.
type = type-de-contenu [CI]
Cet attribut spécifie le type de contenu des données spécifiées par l'attribut data. Cet attribut est optionnel, mais recommandé quand l'attribut data est spécifié parce qu'il permet à l'agent utilisateur d'éviter le chargement des informations dont les types de contenu ne sont pas reconnus. Si la valeur de cet attribut diffère de l'en-tête HTTP « Content-Type » retourné par le serveur quand l'objet est ramené, alors c'est l'en-tête HTTP « Content-Type » qui a préséance.
archive = liste-uri [CT]
Cet attribut peut être utilisé pour spécifier la liste des URI, séparés par des espaces, des archives contenant les ressources concernant l'objet, liste qui peut inclure les ressources spécifiées par les attributs classid et data. Le préchargement des archives aboutira généralement à des temps de chargement réduits pour les objets. Les archives spécifiées comme URI relatifs devraient être interprétées relativement à l'attribut codebase.
declare [CI]
Quand il est présent, cet attribut booléen fait de la définition de l'élément OBJECT courant seulement une déclaration. L'objet doit être instancié par la suite au travers d'une définition OBJECT qui se réfère à cette déclaration.
standby = texte [CS]
Cet attribut spécifie le message que l'agent utilisateur peut restituer pendant le chargement de l'implémentation et des données de l'objet.

Attributs définis ailleurs

La plupart des agents utilisateurs possèdent des mécanismes intégrés pour la restitution des types de données communs, tels que le texte, les images GIF, les couleurs, les polices et une poignée d'éléments graphiques. Pour restituer les types de données qu'ils ne reconnaissent pas nativement, les agents utilisateurs lancent en général des applications externes. L'élément OBJECT permet aux auteurs de mieux contrôler si les données devraient être restituées de manière externe ou par un certain programme, spécifié par l'auteur, qui restitue ces données au sein de l'agent utilisateur.

Dans le cas le plus général, l'auteur peut avoir besoin de spécifier trois types d'informations :

L'élément OBJECT permet aux auteurs de spécifier tous ces trois types de données, mais il n'est pas nécessaire de toutes les spécifier en une seule fois. Par exemple, certains objets peuvent ne pas requérir de donnés (par exemple, un applet autonome qui effectue une petite animation). D'autres peuvent exiger une initialisation à l'exécution. D'autres encore ne pas avoir besoin d'informations supplémentaires sur l'implémentation, i.e., l'agent utilisateur peut déjà savoir de lui-même comment restituer ce type de données (par exemple, des images GIF).

Les auteurs spécifient l'implémentation d'un objet et la localisation des données à restituer via l'élément OBJECT. Par contre, pour spécifier des valeurs d'exécution, les auteurs utilisent l'élément PARAM, qui est abordé dans la section sur l'initialisation de l'objet.

L'élément OBJECT peut aussi apparaître en contenu de l'ément HEAD. Étant donné que les agents utilisateurs ne restituent généralement pas les éléments placés dans la section HEAD, les auteurs devraient s'assurer qu'aucun élément OBJECT dans la section HEAD ne spécifie un contenu qui peut être restitué. Veuillez consultez la section sur le partage des données entre les cadres pour un exemple d'inclusion de l'élément OBJECT dans l'élément HEAD.

Veuillez consulter la section sur les contrôles des formulaires pour des précisions sur les éléments OBJECT dans les formulaires.

Ce document ne spécifie pas le comportement des éléments OBJECT qui utilisent à la fois l'attribut classid, pour identifier une implémentation, et l'attribut data, pour spécifier les données pour cette implémentation. Afin d'assurer la portabilité, les auteurs devraient employer l'élément PARAM pour indiquer aux implémentations où aller chercher les donnés supplémentaires.

13.3.1 Les règles de restitution des objets

L'agent utilisateur doit interpréter l'élément OBJECT selon les règles de préséance suivantes :

  1. L'agent utilisateur doit en premier essayer de restituer l'objet. Il ne devrait pas restituer le contenu de l'élément, mais il doit l'examiner au cas où l'élément contiendrait d'éventuels enfants directs qui soient des éléments PARAM (voir la section sur l'initialisation de l'objet) ou bien des éléments MAP (voir la section sur les images cliquables côté client) ;
  2. Si l'agent utilisateur est incapable de restituer l'objet, pour une raison ou pour une autre (non configuré pour, absence des ressources, architecture erronée, etc.), il doit essayer de restituer son contenu.

Les auteurs ne devraient pas inclure de contenu dans les éléments OBJECT qui apparaissent dans l'élément HEAD.

Dans l'exemple suivant, nous insérons un applet d'horloge analogique dans un document via l'élément OBJECT. L'applet, écrit dans le langage Python, ne requiert aucune données supplémentaires ni valeurs d'exécution. L'attribut classid spécifie la localisation de l'applet :

<P><OBJECT classid="http://www.miamachina.it/orologioanalogico.py">
</OBJECT>

Remarquez que l'horloge sera restituée dès l'interprétation de la déclaration de l'élément OBJECT par l'agent utilisateur. Il est possible de différer la restitution d'un objet en effectuant une déclaration préalable de cet objet (décrit ci-dessous).

Les auteurs devraient remplir cette déclaration en y incluant un texte de remplacement comme contenu de l'élément OBJECT, pour le cas où l'agent utilisateur ne pourrait pas restituer l'horloge.

<P><OBJECT classid="http://www.miamachina.it/orologioanalogico.py">
Une horloge animée.
</OBJECT>

Une conséquence significative de la conception de l'élément OBJECT, c'est qu'elle offre un mécanisme pour spécifier des restitutions alternatives de l'objet  chacune des déclarations des éléments OBJECT imbriqués peut spécifier un type de contenu alternatif. Si l'agent utilisateur ne peut pas restituer l'élément OBJECT le plus externe, il essaye d'en restituer le contenu, qui peut être un autre élément OBJECT, etc.

Dans l'exemple suivant, nous imbriquons plusieurs déclarations d'éléments OBJECT pour illustrer le fonctionnement des restitutions alternatives. L'agent utilisateur essaye d'abord de restituer le premier élément OBJECT qu'il peut, dans l'ordre suivant : (1) un applet représentant un globe terrestre interactif, écrit dans le langage Python, (2) une animation MPEG du globe, (3) une image GIF du globe et (4) un texte de remplacement.

<P>                 <!-- Essayer d'abord l'applet en Python -->
<OBJECT title="La terre vue de l'espace" 
        classid="http://www.observer.mars/LaTerre.py">
                    <!-- Sinon, essayer la vidéo MPEG -->
  <OBJECT data="LaTerre.mpeg" type="application/mpeg">
                    <!-- Sinon, essayer l'image GIF -->
    <OBJECT data="LaTerre.gif" type="image/gif">
                    <!-- Sinon, le texte en dernier recours -->
     La <STRONG>Terre</STRONG> vue de l'espace.
    </OBJECT>
  </OBJECT>
</OBJECT>

La déclaration la plus externe spécifie un applet qui ne requiert ni donnée ni valeurs initiales. La deuxième déclaration spécifie une animation MPEG et, puisqu'elle ne définit pas la localisation d'une l'implémentation pour traiter l'animation MPEG, compte sur l'agent utilisateur pour prendre en charge celle-ci. Nous avons également spécifié l'attribut type, de sorte que l'agent utilisateur, qui sait ne pas pouvoir restituer un MPEG, n'essaiera même pas de charger le fichier "LaTerre.mpeg" à partir du réseau. La troisième déclaration spécifie la localisation d'un fichier GIF et fournit un texte de remplacement au cas où tous les autres mécanismes auraient échoué.

Les données internes comparées aux données externes. Les données à restituer peuvent être fournies de deux façons : en interne ou à partir d'une ressource externe. Tandis que la première méthode donnera en général une restitution plus rapide, elle ne conviendra pas quand il s'agira de restituer une grande quantité de données.

Voici un exemple qui illustre la manière dont les données internes peuvent être injectées dans l'élément OBJECT :

<P>
<OBJECT id="horloge1"
        classid="clsid:663C8FEF-1EF9-11CF-A3DB-080036F12502"
        data="data:application/x-oleobject;base64, ...des données en base64...">
    Une horloge.
</OBJECT>

Veuillez consulter la section sur la présentation visuelle des objets, images et applets pour des précisions sur la taille, l'alignement et les bordures d'un objet.

13.3.2 L'initialisation de l'objet : l'élément PARAM

<!ELEMENT PARAM - O EMPTY              -- valeur de propriété nommée -->
<!ATTLIST PARAM
  id          ID             #IMPLIED  -- identifiant unique dans le document --
  name        CDATA          #REQUIRED -- nom de propriété --
  value       CDATA          #IMPLIED  -- valeur de propriété --
  valuetype   (DATA|REF|OBJECT) DATA   -- comment interpréter la valeur --
  type        %ContentType;  #IMPLIED  -- type de contenu pour la valeur
                                          quand valuetype="ref" --
  >

Balise ouvrante : obligatoire, balise fermante : interdite

Définition des attributs

name = cdata
Cet attribut définit le nom d'un paramètre d'exécution censé être connu des objets insérés. La sensibilité à la casse de la propriété dépend de l'implémentation spécifique de l'objet.
value = cdata
Cet attribut spécifie la valeur d'un paramètre d'exécution spécifié par l'attribut name. Les valeurs de propriété n'ont aucune signification pour HTML : leur signification est déterminée par l'objet en question.
valuetype = data|ref|object [CI]
Cet attribut spécifie le type de l'attribut value. Les valeurs possibles sont :
  • data : c'est la valeur par défaut de l'attribut. Elle signifie que la valeur spécifiée par value sera évaluée puis passée à l'implémentation de l'objet sous forme d'une chaîne ;
  • ref : la valeur spécifiée par l'attribut value est un URI qui désigne une ressource dans laquelle les valeurs d'exécution sont stockées. Ceci permet aux outils de gestion d'identifier les URI qui sont donnés en paramètres. L'URI doit être passé à l'objet tel quel, i.e., non résolu ;
  • object : la valeur spécifiée par l'attribut value est un identifiant qui se réfère à la déclaration d'un élément OBJECT dans le même document. L'identifiant doit être la valeur de l'attribut id mis pour l'élément OBJECT déclaré.
type = type-de-contenu [CI]
Cet attribut spécifie le type de contenu de la ressource désignée par l'attribut value seulement dans le cas où l'attribut valuetype a la valeur "ref". Cet attribut indique donc à l'agent utilisateur le type des valeurs qui seront trouvées à l'URI que désigne l'attribut value.

Attributs définis ailleurs

Les éléments PARAM spécifient l'ensemble des valeurs qui peuvent être requises à l'exécution par un objet. Il peut y avoir un nombre quelconque d'éléments PARAM dans le contenu d'un élément OBJECT, ou APPLET, dans n'importe quel ordre, mais ceux-ci doivent se placer au début du contenu de l'élément englobant OBJECT, ou APPLET.

La syntaxe des noms et de leurs valeurs est censée comprise par l'implémentation de l'objet. Ce document ne spécifie pas les façons selon lesquelles les agents utilisateurs devraient ramener les couples nom/valeur ni devraient interpréter les noms apparaissant en double.

Nous revenons à l'exemple avec l'horloge pour illustrer l'utilisation de l'élément PARAM : supposons que l'applet admette deux paramètres d'exécution qui définissent sa hauteur et sa largeur initiales. On peut fixer une dimension initiale de 40x40 pixels à l'aide de deux éléments PARAM.

<P><OBJECT classid="http://www.miamachina.it/orologianalogico.py">
<PARAM name="height" value="40" valuetype="data">
<PARAM name="width" value="40" valuetype="data">
L'agent utilisateur ne reconnaît pas les applications Python.
</OBJECT>

Dans l'exemple suivant, les données d'exécution pour le paramètre « Valeurs_initiales » de l'objet sont spécifiées comme étant une ressource externe (un fichier GIF). La valeur de l'attribut valuetype est donc fixée à "ref" et la valeur de l'attribut value est l'URI qui désigne la ressource.

<P><OBJECT classid="http://www.cadeau.com/gifappli"
       standby="Chargement en cours...">
<PARAM name="Valeurs_initiales"
       value="./images/elvis.gif">
       valuetype="ref">
</OBJECT>

Remarquez que nous avons également spécifié l'attribut standby pour que l'agent utilisateur puisse afficher un message pendant le chargement du mécanisme de restitution.

Quand un élément OBJECT est restitué, l'agent utilisateur doit rechercher les seuls contenus des éléments PARAM qui sont des enfants directs et les « injecter » dans l'objet OBJECT.

Ainsi, dans l'exemple suivant, si l'objet identifié par "obj1" est restitué, alors le paramètre "param1" s'applique à "obj1" (et non à "obj2"). Si l'objet "obj1" n'est pas restitué et par contre l'objet "obj2" l'est, alors le paramètre "param1" est ignoré et "param2" s'applique à "obj2". Si ni l'un ni l'autre élément OBJECT n'est restitué, alors ni l'un ni l'autre élément PARAM ne s'applique.

<P>
<OBJECT id="obj1">
   <PARAM name="param1">
   <OBJECT id="obj2">
      <PARAM name="param2">
   </OBJECT>
</OBJECT>

13.3.3 Les systèmes de nommage globaux des objets

La localisation de l'implémentation d'un objet est donnée par un URI. Comme nous l'avons vu dans l'introduction aux URI, le premier segment d'un URI absolu spécifie le système de nommage [ndt. naming scheme] utilisé pour transférer les données désignées par l'URI. Pour les documents HTML, ce système est fréquemment « http ». Certains applets pourraient employer d'autres systèmes de nommage. Par exemple, lors de la spécification d'un applet Java, les auteurs peuvent utiliser des URI qui commencent par « java » et pour les applets ActiveX par « clsid ».

Dans l'exemple suivant, on insère un applet Java dans un document HTML.

<P><OBJECT classid="java:program.start">
</OBJECT>

Par la spécification de l'attribut codetype, l'agent utilisateur peut décider s'il ramène l'application Java en s'appuyant sur sa capacité à le faire.

<OBJECT codetype="application/java-archive"
        classid="java:program.start">
</OBJECT>

Certains systèmes de restitution demandent des informations supplémentaires pour identifier leur implémentation et on doit leur dire où trouver ces informations. Les auteurs peuvent donner une indication de chemin à l'implémentation de l'objet via l'attribut codebase.

<OBJECT codetype="application/java-archive"
        classid="java:program.start">
        codebase="http://foooo.bar.com/java/monimplementation/"
</OBJECT>

L'exemple suivant spécifie (avec l'attribut classid) un objet ActiveX via un URI qui commence par le système de nommage « clsid ». L'attribut data localise les données à restituer (une autre horloge).

<P><OBJECT classid="clsid:663C8FEF-1EF9-11CF-A3DB-080036F12502"
        data="http://www.acme.com/ole/horloge.stm">
Cette application n'est pas reconnue.
</OBJECT>

13.3.4 La déclaration et l'instanciation des objets

Les exemples précédents n'ont illustré, jusqu'à présent, que des définitions d'objet isolées. Quand un document doit contenir plusieurs instances du même objet, il est possible de séparer la déclaration de l'objet de ses instanciations. Cela présente plusieurs avantages :

Pour déclarer un objet de sorte qu'il ne soit pas exécuté au moment où l'agent utilisateur le lit, il faut placer l'attribut booléen declare dans l'élément OBJECT. Dans le même temps, l'auteur doit identifier cette déclaration, en assignant à l'attribut id dans l'élément OBJECT une valeur unique. Les instanciations ultérieures de l'objet se référeront à cet identifiant.

Un élément OBJECT déclaré doit apparaître dans le document avant la première instance de cet élément OBJECT.

Un objet, défini avec l'attribut declare, est instancié toutes les fois où un élément qui se rapporte à cet objet requiert une restitution de celui-ci (par exemple, un lien qui se réfère à l'objet est activé, un autre objet qui s'y réfère est activé, etc.).

Dans l'exemple suivant, on déclare un élément OBJECT et on induit son instanciation en l'appelant à partir d'un lien. L'objet peut donc être activé, par exemple, en cliquant sur un certain texte mis en surbrillance.

<P><OBJECT declare
        id="terre.declaration" 
        data="LaTerre.mpeg" 
        type="application/mpeg">
   La <STRONG>Terre</STRONG> vue de l'espace.
</OBJECT>
...plus loin dans le document...
<P>Une <A href="#terre.declaration">animation de la Terre</A> bien faite !

errata-11

L'exemple suivant illustre la manière de spécifier des valeurs d'exécution qui sont d'autres objets. Ici, nous envoyons un texte (plus précisément, un poème) à un mécanisme hypothétique qui permet de visionner les poèmes. L'objet reconnaît un paramètre d'exécution nommé « police » (disons, pour restituer le texte du poème dans une certaine police). La valeur de ce paramètre est elle-même un objet qui insère l'objet police (mais qui ne le restitue pas). La relation entre l'objet police et le visionneur de poème est obtenue (1) en donnant la valeur "tribune" à l'attribut id de l'objet police et (2) en l'appelant à partir de l'élément PARAM de l'objet visionneur de poème (avec les attributs valuetype et value).

<P><OBJECT declare
     id="tribune"
     type="application/x-webfont"
     data="tribune.gif">
</OBJECT>
...ici visionnage du poème dans la police KublaKhan.txt...
<P><OBJECT classid="http://foo.bar.com/visionneur_poeme" 
           data="KublaKhan.txt">
<PARAM name="font" valuetype="object" value="#tribune">
<P>Il vous manque le fantastique visionneur de poème...
</OBJECT>

Les agents utilisateurs qui ne reconnaissent pas l'attribut declare doivent restituer le contenu de la déclaration de l'élément OBJECT.

13.4 L'inclusion d'un applet : l'élément APPLET

APPLET est déconseillé (avec tous ses attributs) en faveur de OBJECT.

Voir le DTD transitoire pour la définition formelle.

Définition des attributs

codebase = uri [CT]
Cet attribut spécifie l'URI de base pour l'applet. Si cet attribut n'est pas spécifié, alors il prend par défaut le même URI de base que celui du document courant. Les valeurs de cet attribut ne peuvent se référer qu'aux sous-répertoires du répertoire contenant le document courant. Remarque : Bien que la restriction sur les sous-répertoires constitue un écart par rapport aux pratiques courantes et à la spécification HTML 3.2, le groupe de travail HTML a choisi de conserver celle-ci dans cette version de la spécification pour des raisons de sécurité.
code = cdata [CS]
Cet attribut spécifie soit le nom du fichier de classe, qui contient la sous-classe d'applet compilée de l'applet, soit le chemin pour obtenir la classe, y compris le fichier de classe lui-même. Il est évalué par rapport à l'attribut codebase de l'applet. L'un des attributs code et object doit être présent.
name = cdata [CS]
Cet attribut spécifie le nom de l'instance d'applet, ce qui permet à chacun des applets d'une même page de se trouver (et de communiquer).
archive = liste-uri [CT]
Cet attribut spécifie une liste des URI, séparés par des virgules, des archives contenant les classes et les autres ressources qui seront « préchargées ». Les classes sont chargées en utilisant l'instance d'une classe AppletClassLoader avec la valeur de l'attribut codebase donné. Les URI relatifs s'interprètent par rapport à l'attribut codebase de l'applet. Le préchargement des ressources peut améliorer significativement les performances des applets.
object = cdata [CS]
Cet attribut nomme une ressource contenant une représentation sérialisée de l'état d'un applet. Il est évalué relativement à l'attribut codebase de l'applet. Les données sérialisées contiennent le nom de classe de l'applet mais pas l'implémentation. Le nom de classe est utilisé pour chercher l'implémentation dans un fichier de classe ou dans une archive.

Quand l'applet est « désérialisé », la méthode start() est invoquée mais non la méthode init(). Les attributs valide au moment de la sérialisation de l'objet original ne sont pas réenregistrés. Tous les attributs passés à cet instance APPLET seront disponibles pour l'applet. Les auteurs devraient utiliser cette faculté avec une extrême prudence. Un applet devrait être arrêté avant d'être sérialisé.

L'un des attributs code et object doit être présent. Quand les deux attributs code et object sont donnés, il y aura une erreur s'ils fournissent deux noms de classe différents.

width = longueur [CI]
Cet attribut spécifie la largeur initiale de la zone d'affichage de l'applet (en excluant les fenêtres ou dialogues éventuellement créés par l'applet).
height = longueur [CI]
Cet attribut spécifie la hauteur initiale de la zone d'affichage de l'applet (en excluant les fenêtres ou dialogues éventuellement créés par l'applet).

Attributs définis ailleurs

Cet élément, qui est géré par tous les navigateurs compatibles avec Java, permet aux développeurs d'incorporer un applet Java dans un document HTML. Il est déconseillé en faveur de l'élément OBJECT.

Le contenu de l'élément APPLET fais office de support d'informations de remplacement pour les agents utilisateurs qui ne reconnaissent pas cet élément ou qui ne sont pas configurés à cet instant pour gérer les applets. Sinon, les agents utilisateurs doivent ignorer le contenu.

EXEMPLE DÉCONSEILLÉ :
Dans l'exemple suivant, l'élément APPLET inclut un applet Java au document. Comme aucun attribut codebase n'est donné, l'applet est censé se trouver dans le même répertoire que le document courant.

<APPLET code="Bulles.class" width="500" height="500">
Un applet Java qui dessine des bulles anim&eacute;es.
</APPLET>

Cet exemple peut se récrire avec un élément OBJECT, comme suit :

<P><OBJECT codetype="application/java"
        classid="java:Bulles.class"
        width="500" height="500">
Un applet Java qui dessine des bulles anim&eacute;es.
</OBJECT>

Les valeurs initiales peuvent être fournies à l'applet via l'élément PARAM.

EXEMPLE DÉCONSEILLÉ :
L'exemple d'applet Java suivant :

<APPLET code="AudioItem" width="15" height="15">
<PARAM name="son" value="Bonjour.au|Bienvenue.au">
Un applet Java qui joue un son de bienvenue.
</APPLET>

celui-ci peut se récrire avec l'élément OBJECT, commes suit :

<OBJECT codetype="application/java"
        classid="AudioItem" 
        width="15" height="15">
<PARAM name="son" value="Bonjour.au|Bienvenue.au">
Un applet Java qui joue un son de bienvenue.
</OBJECT>

13.5 Remarques sur les documents incorporés

Parfois, plutôt qu'une relation vers un document, l'auteur peut vouloir incorporer celui-ci directement dans un document HTML principal. Pour cela, l'auteur peut utiliser soit l'élément IFRAME, soit l'élément OBJECT, mais ces éléments sont différents par certains côtés. Ces deux éléments n'ont pas seulement des modèles de contenu différents, mais l'élément IFRAME peut être un cadre cible (voir la section sur la spécification des informations du cadre cible pour les détails) et peut être « sélectionné » par l'agent utilisateur comme la partie à imprimer, la source HTML à voir, etc. Les agents utilisateurs peuvent restituer les cadres sélectionnés de manière à les distinguer des cadres qui ne le sont pas (par exemple, en dessinant une bordure autour du cadre sélectionné).

Le document incorporé est complètement indépendant du document dont lequel il se loge. Par exemple, les URI relatifs dans le document incorporé se résolvent par rapport à l'URI de base du document incorporé, non celui du document principal. Le document incorporé est simplement restitué à l'intérieur d'un autre document (par exemple, dans une sous-fenêtre) ; il reste indépendant par ailleurs.

Par exemple, la ligne suivante incorpore le contenu de « loge_moi.html » à l'emplacement où la définition de l'élément OBJECT survient.

...texte qui précède...
<OBJECT data="loge_moi.html">
Avertissement : le fichier "loge_moi.html" n'a pu &ecirc;tre incorpor&eacute;.
</OBJECT>
...texte qui suit...

Rappelez-vous que le contenu de l'élément OBJECT ne doit seulement être restitué que si le fichier spécifié par l'attribut data n'a pu être chargé.

Le comportement d'un agent utilisateur pour le cas où un fichier s'auto-inclut n'est pas défini.

13.6 Les images cliquables

Les images cliquables permettent aux auteurs de spécifier des régions dans une image, ou un objet, et d'assigner une action particulière à chacune de ces régions (par exemple, ramener un document, lancer un programme, etc.). Quand l'utilisateur active la région, l'action est exécutée.

Une image cliquable est créée en associant à un objet une spécification de zones géométriques sensibles sur celui-ci.

Il existe deux types d'images cliquables :

Les images cliquables côté client sont préférées à celles côté serveur pour au moins deux raisons : elles sont accessibles aux personnes navigant avec des agents utilisateurs non-graphiques et elles renvoient une réponse immédiate pour ce qui est de savoir si le pointeur se trouve sur une région active ou non.

13.6.1 Les images cliquables côté client : les éléments MAP et AREA

<!ELEMENT MAP - - ((%block;) | AREA)+ -- image cliquable côté client -->
<!ATTLIST MAP
  %attrs;                              -- %coreattrs, %i18n, %events --
  name        CDATA          #REQUIRED -- pour appel par l'attribut usemap --
  >

Balise ouvrante : obligatoire, balise fermante : obligatoire

<!ELEMENT AREA - O EMPTY               -- aire d'image cliquable côté client -->
<!ATTLIST AREA
  %attrs;                              -- %coreattrs, %i18n, %events --
  shape       %Shape;        rect      -- contrôle l'interprétation des coordonnées --
  coords      %Coords;       #IMPLIED  -- liste de longueurs séparées par des virgules --
  href        %URI;          #IMPLIED  -- URI de la ressource reliée --
  nohref      (nohref)       #IMPLIED  -- cette région est neutre --
  alt         %Text;         #REQUIRED -- description brève --
  tabindex    NUMBER         #IMPLIED  -- position dans l'ordre de tabulation --
  accesskey   %Character;    #IMPLIED  -- touche de caractère pour l'accessibilité --
  onfocus     %Script;       #IMPLIED  -- l'élément a l'attention --
  onblur      %Script;       #IMPLIED  -- l'élément perd l'attention --
  >

Balise ouvrante : obligatoire, balise fermante : interdite

Définition des attributs pour MAP

name = cdata [CI]
Cet attribut assigne un nom à l'image cliquable définie par un élément MAP.

Définiton des attributs pour AREA

shape = default|rect|circle|poly [CI]
Cet attribut spécifie la forme d'une région. Les valeurs possibles sont :
  • default : spécifie la région entière ;
  • rect : définit une région rectangulaire ;
  • circle : définit une région circulaire ;
  • poly : définit une région polygonale.
coords = coordonnées [CN]
Cet attribut spécifie la position et la forme sur l'écran. Le nombre et l'ordre des valeurs dépend de la forme qui est définie. Les combinaisons possibles sont :
  • rect : gauche-x, haut-y, droite-x, bas-y ;
  • circle : centre-x, centre-y, rayon. Remarque : Quand la valeur du rayon est un pourcentage, l'agent utilisateur devrait calculer le rayon final par rapport à la hauteur et à la largeur de l'objet associé. Le rayon devrait être la plus petite valeur des deux ;
  • poly : x1, y1, x2, y2, ..., xN, yN. Le premier couple de coordonnées « x » et « y » et le dernier devraient être les mêmes pour clore le polygone. Quand ces valeurs de coordonnées ne sont pas les mêmes, l'agent utilisateur devrait inférer un couple de coordonnées supplémentaire pour clore le polygone.

Les coordonnées sont relatives au coin supérieur gauche de l'objet. Toutes les valeurs sont du type longueur. Toutes les valeurs sont séparées par des virgules.

errata-15

nohref [CI]
Quand il est mis, cet attribut booléen spécifie que la région n'a aucun lien associé.

Attribut pour associer une image cliquable à un élément

usemap = uri [CT]
Cet attribut associe une image cliquable à un élément. Cette image cliquable est définie par l'élément MAP. La valeur de l'attribut usemap doit correspondre avec celle de l'attribut name de l'élément MAP associé.

Attributs définis ailleurs

L'élément MAP spécifie une image cliquable côté client (ou un autre mécanisme de navigation) qui peut être associée à d'autres éléments (IMG, OBJECT ou INPUT). L'image cliquable est associée à un élément via l'attribut usemap de celui-ci. L'élément MAP peut s'employer sans image associée pour des mécanismes de navigation généraux.

La présence de l'attribut usemap sur un élément OBJECT implique que l'objet qui est inclus est une image. En outre, quand l'élément OBJECT a une image cliquable côté client associée, l'agent utilisateur peut produire une interaction utilisateur avec cet élément OBJECT, uniquement en fonction de l'image cliquable côté client. Ceci permet aux agents utilisateurs (tels un navigateur vocal ou un robot) d'interagir avec l'élément OBJECT sans devoir le traiter ; l'agent utilisateur peut même choisir de ne pas ramener (ou traiter) l'objet. Quand un élément OBJECT a une image cliquable associée, l'auteur ne devrait pas compter sur le fait que l'objet sera ramené ou traité par tous les agents utilisateurs.

Le modèle de contenu de l'élément MAP permet à l'auteur les combinaisons suivantes :

  1. Un ou plusieurs éléments AREA. Ces éléments n'ont aucun contenu mais spécifient les régions géométriques de l'image cliquable et les liens qui sont associés à chaque région. Remarquez que les agents utilisateurs ne restituent pas en général les élément AREA. C'est pourquoi les auteurs doivent fournir un texte de remplacement pour chaque élément AREA avec l'attribut alt (voir ci-dessous pour des renseignements sur la manière de spécifier un texte de remplacement) ;
  2. Un contenu de type bloc. Ce contenu devrait comprendre les éléments A qui spécifient les régions géométriques de l'image cliquable et le lien associé à chaque région. Remarquez que l'agent utilisateur devraient restituer le contenu de type bloc d'un élément MAP. Les auteurs devraient utiliser cette méthode pour créer des documents plus accessibles.

Quand un élément MAP contient un contenu mixte (à la fois des éléments AREA et un contenu de type bloc), les agents utilisateurs doivent ignorer les éléments AREA.

Les auteurs devraient spécifier la géométrie d'une image cliquable entièrement avec des éléments AREA, ou entièrement avec des éléments A, ou entièrement avec les deux si le contenu est mixte. Les auteurs peuvent souhaiter mêler le contenu, de sorte que les agents utilisateurs anciens prendront en charge les cartographies spécifiées par les éléments AREA et les agents utilisateurs récents tireront profit des contenus en bloc plus étoffés.

Si deux régions définies ou plus se chevauchent, l'élément définissant une région qui apparaît en premier dans le document a priorité (i.e., répond aux sollicitations de l'utilisateur).

Les agents utilisateurs et les auteurs devraient offrir des alternatives textuelles aux images cliquables quand les graphiques ne sont pas disponibles ou les utilisateurs ne peuvent y accéder. Par exemple, les agents utilisateurs peuvent utiliser le texte de l'attribut alt pour créer des liens textuels à la place des images cliquables graphiques. De tels liens peuvent être activés de diverses façons (clavier, commande vocale, etc.).

Remarque : L'élément MAP n'est pas rétro-compatible avec les agents utilisateurs HTML 2.0.

Exemples d'images cliquables côté client 

Dans l'exemple suivant, nous créons une image cliquable côté client pour l'élément OBJECT. Nous ne voulons pas restituer le contenu d'image cliquable quand l'élément OBJECT est restitué, c'est pourquoi nous « dissimulons » l'élément MAP dans le contenu de l'élément OBJECT. En conséquence, le contenu de l'élément MAP ne sera restitué qui si l'élément OBJECT ne peut pas l'être.

<HTML>
   <HEAD>
      <TITLE>Le site sympa !</TITLE>
   </HEAD>
   <BODY>
     <P><OBJECT data="barrenavigation1.gif" type="image/gif" usemap="#carte1">
     <MAP name="carte1">
       <P>Naviguer dans le site :
       <A href="guide.html" shape="rect" coords="0,0,118,28">Plan d'acc&egrave;s</a> |
       <A href="raccourci.html" shape="rect" coords="118,0,184,28">Entr&eacute;e</A> |
       <A href="recherche.html" shape="circle" coords="184,200,60">Recherche</A> |
       <A href="top10.html" shape="poly" coords="276,0,276,28,100,200,50,50,276,0">
                Les dix premiers du hit-parade</A>
     </MAP>
     </OBJECT>
   </BODY>
</HTML>

On peut vouloir que l'image cliquable soit restituée même si l'agent utilisateur est incapable de restituer l'élément OBJECT. Par exemple, on peut vouloir associer une image cliquable à un élément OBJECT et inclure une barre de navigation textuelle en bas de la page. Pour cela, nous définissons l'élément MAP en dehors de l'élément OBJECT :

<HTML>
   <HEAD>
      <TITLE>Le site sympa !</TITLE>
   </HEAD>
   <BODY>
     <P><OBJECT data="barrenavigation1.gif" type="image/gif" usemap="#carte1">
     </OBJECT>

     ...le reste de la page ici...

     <MAP name="carte1">
       <P>Naviguer dans le site :
       <A href="guide.html" shape="rect" coords="0,0,118,28">Plan d'acc&egrave;s</a> |
       <A href="raccourci.html" shape="rect" coords="118,0,184,28">Entr&eacute;e</A> |
       <A href="recherche.html" shape="circle" coords="184,200,60">Recherche</A> |
       <A href="top10.html" shape="poly" coords="276,0,276,28,100,200,50,50,276,0">
                Les dix premiers du hit-parade</A>
     </MAP>
   </BODY>
</HTML>

Dans l'exemple suivant, nous créons une image cliquable similaire, cette fois en employant l'élément AREA. Remarquez l'utilisation du texte de l'attribut alt :

<P><OBJECT data="barrenavigation1.gif" type="image/gif" usemap="#carte1">
   <P>Voici une barre de navigation.
   </OBJECT>

<MAP name="carte1">
 <AREA href="guide.html" 
          alt="Plan d'acc&egrave;s" 
          shape="rect" 
          coords="0,0,118,28">
 <AREA href="recherche.html" 
          alt="Recherche" 
          shape="rect" 
          coords="184,0,276,28">
 <AREA href="raccourci.html" 
          alt="Entr&eacute;e" 
          shape="circle"
          coords="184,200,60">
 <AREA href="top10.html" 
          alt="Les dix premiers du hit-parade" 
          shape="poly" 
          coords="276,0,276,28,100,200,50,50,276,0">
</MAP>

Voici une variante utilisant l'élément IMG au lieu de OBJECT (avec la même déclaration MAP) :

<P><IMG src="barrenavigation1.gif" usemap="#carte1" alt="Barre de navigation">

L'exemple suivant illustre la manière dont on peut partager des images cliquables.

Les éléments OBJECT imbriqués sont utiles pour offrir des solutions de repli au cas où l'agent utilisateur ne reconnaîtrait pas certains formats. Par exemple :

<P>
<OBJECT data="barrenavigation.png" type="image/png">
  <OBJECT data="barrenavigation.gif" type="image/gif">
    texte décrivant l'image...
  </OBJECT>
</OBJECT>

Si l'agent utilisateur ne reconnaît pas le format PNG, celui-ci essaye de restituer l'image GIF. Si celui-ci ne reconnaît pas le format GIF (par exemple, parce qu'il s'agit d'un navigateur vocal), il se rabat par défaut sur la description textuelle fournie en contenu de l'élément OBJECT interne. Quand les éléments OBJECT sont imbriqués de cette manière, les auteurs peuvent partager des images cliquables entre eux :

<P>
<OBJECT data="barrenavigation.png" type="image/png" usemap="#carte1">
  <OBJECT data="barrenavigation.gif" type="image/gif" usemap="#carte1">
     <MAP name="carte1">
     <P>Naviguer dans le site :
      <A href="guide.html" shape="rect" coords="0,0,118,28">Plan d'acc&egrave;s</a> |
      <A href="raccourci.html" shape="rect" coords="118,0,184,28">Entr&eacute;e</A> |
      <A href="recherche.html" shape="circle" coords="184,200,60">Recherche</A> |
      <A href="top10.html" shape="poly" coords="276,0,276,28,100,200,50,50,276,0">
               Les dix premiers du hit-parade</A>
     </MAP>
  </OBJECT>
</OBJECT>

L'exemple suivant montre comment on peut spécifier des ancres pour créer des zones inactives dans une image cliquable. La première ancre spécifie une petite région circulaire sans lien associé. La deuxième ancre spécifie une région circulaire plus grande de même centre que le précédent. Les deux combinés forment un anneau dont le centre est inactif et le bord actif. L'ordre des définitions des ancres est important, car le petit cercle doit surclasser le grand cercle.

<MAP name="carte1">
<P>
<A shape="circle" coords="100,200,50">Je suis inactif.</A>
<A href="lien-anneau-externe.html" shape="circle" coords="100,200,250">Je suis actif.</A>
</MAP>

De la même manière, l'attribut nohref de l'élément AREA déclare que la région géométrique n'a pas de lien associé.

13.6.2 Les images cliquables côté serveur

Les images cliquables côté serveur peuvent se révéler intéressantes pour les cas où l'image cliquable serait trop compliquée à réaliser côté client.

On ne peut définir une image cliquable côté serveur que pour les éléments IMG et INPUT. Pour ce qui est de l'élément IMG, celui-ci doit se trouver dans un élément A et l'attribut booléen ismap ([CI]) doit être présent. Pour ce qui est de l'élément INPUT, celui-ci doit être du type "image".

Quand l'utilisateur active le lien, en cliquant sur l'image, les cordonnées de ce clic à l'écran sont directement transmises au serveur qui héberge le document. Les coordonnées à l'écran sont exprimées par des valeurs en pixels d'écran relativement à l'image. Pour des informations normatives sur la définition d'un pixel et sur la manière de le mesurer, veuillez consulter la spécification [CSS1].

Dans l'exemple suivant, la région active définit un lien côté serveur. Ainsi, tout clic sur l'image entraînera la transmission des coordonnés du point cliqué au serveur.

<P><A href="http://www.acme.com/cgi-bin/competition">
        <IMG src="jeu.gif" ismap alt="Cible"></A>

Le point cliqué est transmis au serveur comme suit. L'agent utilisateur dérive un nouvel URI à partir de l'URI spécifié par l'attribut href de l'élément A, en lui rajoutant à la fin le caractère « ? » suivi des coordonnées « x » et « y », séparées par une virgule. Le lien est alors suivi en utilisant le nouvel URI. Par exemple, dans l'exemple donné, si l'utilisateur clique au point « x=10, y=27 », alors l'URI dérivé sera "http://www.acme.com/cgi-bin/competition?10,27".

Les agents utilisateurs, qui n'offrent aucun moyen pour sélectionner des coordonnées spécifiques (par exemple, un agent utilisateur non-graphique qui s'appuie sur une saisie au clavier, un agent utilisateur vocal, etc.), devraient envoyer les coordonnées "0,0" au serveur lors de l'activation du lien.

13.7 La présentation visuelle des images, objets et applets

Tous les attributs des éléments IMG et OBJECT, concernant alignement et présentation visuels, sont déconseillés en faveur des feuilles de style.

13.7.1 La largeur et la hauteur

Définition des attributs

width = longueur [CN]
Surclassement de la largeur d'une image ou d'un objet.
height = longueur [CN]
Surclassement de la hauteur d'une image ou d'un objet.

Quand ils sont spécifiés, les attributs width et height indiquent à l'agent utilisateur de surclasser les dimensions naturelles de l'image, ou de l'objet, par leurs valeurs.

Quand l'objet est une image, elle est mise à l'échelle. L'agent utilisateur devrait faire de son mieux pour changer l'échelle d'un objet ou d'une image pour correspondre à la largeur et la hauteur spécifiées par l'auteur. Remarquez que les longueurs exprimées en pourcentages sont fonction de l'espace horizontal et vertical disponible à cet instant, non des dimensions naturelles de l'image, de l'objet ou de l'applet.

Les attributs height et width donnent à l'agent utilisateur une indication sur les dimensions d'une image ou d'un objet, de sorte qu'il puisse réserver leur place et continuer à restituer le document en attendant les données d'image.

13.7.2 L'espace autour des images et des objets

Définition des attributs

hspace = pixels [CN]
Déconseillé. Cet attribut spécifie la quantité d'espace à insérer à gauche et à droite des éléments IMG, APPLET ou OBJECT. La valeur par défaut n'est pas spécifiée mais il s'agit en général d'une petite longueur non-nulle.
vspace = pixels [CN]
Déconseillé. Cette attribut spécifie la quantité d'espace à insérer au-dessus et en-dessous des éléments IMG, APPLET ou OBJECT. La valeur par défaut n'est pas spécifiée mais il s'agit en général d'une petite longueur non-nulle.

13.7.3 Les bordures

Une image ou un objet peuvent être entourés par une bordure (par exemple, quand l'utilisateur spécifie une bordure ou quand l'image est le contenu d'un élément A).

Définition des attributs

border = pixels [CN]
Déconseillé. Cet attribut spécifie l'épaisseur de la bordure d'un élément IMG, ou OBJECT, en pixels. La valeur par défaut de cet attribut dépend de l'agent utilisateur.

13.7.4 L'alignement

Définition des attributs

align = bottom|middle|top|left|right
Déconseillé. Cet attribut spécifie la position d'un élément IMG, ou OBJECT, ou APPLET, par rapport à son contexte.

Les valeurs suivantes de l'attribut align concernent la position de l'objet par rapport au texte qui l'entoure :

Les deux autres valeurs left et right entraînent l'image à flotter vers la marge gauche, ou droite, courante. Ils sont abordés dans la section sur les objets flottants.

Les interprétations divergentes de l'attribut align. Les agents utilisateurs divergent dans leur interprétation de l'attribut align. Certains ne prennent en compte que ce qui s'est passé sur la ligne de texte avant l'élément, d'autres prennent en compte le texte sur les deux côtés de l'élément.

13.8 La manière de spécifier un texte de remplacement

Définition des attributs

alt = texte [CS]
Cet attribut spécifie un texte de remplacement pour les agents utilisateurs qui sont incapables d'afficher les images, les formulaires ou les applets. La langue du texte de remplacement est spécifiée par l'attribut lang.

Plusieurs éléments non-textuels (IMG, AREA, APPLET et INPUT) laissent l'auteur spécifier un texte de remplacement qui sert de contenu quand l'élément ne peut pas être restitué normalement. La spécification d'un texte de remplacement représente une aide pour les utilisateurs ne disposant pas de terminaux d'affichage graphiques, pour les utilisateurs dont les navigateurs ne reconnaissent pas les formulaires, pour les utilisateurs avec des déficiences visuelles, pour ceux qui utilisent des synthétiseurs de parole, ceux qui ont désactivé l'affichage des images de leurs agents utilisateurs graphiques, etc.

On doit spécifier l'attribut alt sur les éléments IMG et AREA. Il est optionnel pour les éléments INPUT et APPLET.

Alors qu'un texte de remplacement peut être très utile, on doit l'employer à bon escient. Les auteurs devraient observer les principes directeurs suivants :

Les développeurs devraient consulter la section sur l'accessibilité pour des renseignements sur la façon de prendre en charge les cas où le texte de remplacement est omis.